Diana Kennedy, artiste-auteur située dans les Vosges.

samedi 12 mai 2018

Reprise de l'entraīnement

Aujourd'hui, Gamin et moi avions repris officiellement l'entraînement. L'enjeu consistait non seulement de tester notre forme, mais aussi le matériel revu et reparé. Tout s'est bien passé et si  nous sortons régulièrement dès maintenant, nous serons prêts pour la nouvelle petite aventure qui débutera le 30 juin.

Ce n'est pourtant pas facile de mobiliser les forces. Je traverse une des périodes les plus difficiles de ma vie, avec toute mon existence comme je lavais jusqu'à présent, mise en jeu. Je me concentre donc sur l'essentiel. Lutter, tenir, et me garder cette petite bulle d'évasion qui est Gamin.

vendredi 2 février 2018

Le Trio des Dessin-animées en vedette pour 2018

Vous êtes bien arrivées en 2018 ?
Les bonnes résolutions habituelles - faire un régime, bouger plus et faire moins de conneries ayant été classées sans suite le 31. 01 comme c'est la coutume chaque année (tradition oblige) je me tourne donc vers les résolutions prises que je compte bien  tenir :
2018 sera sous le signe du dessin-animé. Un petit regard vers le passé : En 2013, j'étais encore feu et flamme et en train de travaille d'arrache pied sur mon grand projet de dessin-animé "Merula Dawn". C'est alors que Aldo Moro est "venu". Ce gentil monsieur doux et modeste qui avait pourtant une force de persuasion telle qu'il a réussi à me faire aller à pied jusqu'en Pouilles. Une aventure qui a consommé en tout trois ans ; 2016 pour les préparatifs et l'entraînement, 2015 pour le voyage en soi et 2017 pour m'en remettre.

Aldo


2018 - Et voici que je me retrouve au point de départ : J'ai rouvert les vieux dossier, revu les clips déjà fait, relu le scénario. Et la revoilà, la passion. Oui, je vais faire ce film. Le petit collectif de production qui dans le temps avait voulu prendre Merula Dawn sous son égide n'est plus. mais je vais quand même le faire. Merula Dawn, Thyla et Crazy Race, ce petit amuse-gueule destinée à conserver / créer l’intérêt du public pour les films made by Kennedy, les trois projets vont donc avoir la priorité pour cette année et sans doute aussi pour les années qui suivent. Car c'est un travail éternellement long.

Donc pour l'instant je retravaille les vieilles scènes déjà faites tout en préparant les nouvelles. et je suis en plein casting pour les voix.


Chaque personnage a bien entendu besoin d'un humain qui lui prête sa voix. Pour Thyla j’avais dans le temps récolté des voix de comédiens bénévoles qui avaient fait un très bon boulot. Malheureusement la qualité d'enregistrement ne s'est pas avérée suffisante pour créer un film présentable en salle. La reprise de contact avec ces anciens collaborateurs a été faite, mais la plus part d'entre eux n'était pas actuellement en situation de vie qui leur laisse le temps et les capacités libres de refaire ce travail avec du nouveau matériel. Il a donc fallu mettre sur pied une toute nouvelle équipe, équipe qui est maintenant en train de se former.

C'est une période très intense et motivante.





vendredi 12 janvier 2018

Chronique Riverboat

Une très belle Chronique sur RIVERBOAT a paru sur BOOKPEARL Alles y faire un tour !

C'est toujours palpitant de regarder son oeuvre au travers d'autres yeux. Un grand merci à Meg  pour ce beau texte sur son superbe blog dédié aux "addicts hard" de la lecture.

Riverboat Nr. 6 est d'ailleurs en ligne droite de la finition. Plus que quelques planches à faire et "Les écluses du ciel" iront à l'imprimerie !



Dans ce numéro, John, Aldo et Mallie von enfin retourner sur le bateau. Non pas sans avoir été confronté à plusieurs mystères et des bestioles voraces (une fois de plus)
Je vous rapelle qu'est rtoujours d'actualité et disponible, le superbe albim cartonné Riverboat COLLECTION qui réunit le contenu des trois premiers numéros. Donc, si vous avez raté le début de la série, c'est l'occasion de rattraper et ainsi de pouvoir entrer dans l'histoire dès le début. Mais même si vous avez les cahiers - cet album somptueux ne sera pas de trop. L'expérience de lecture est sensationnelle !



vendredi 29 décembre 2017

Les bougies d'Antan

J'espère que vous avez tous passé de bonnes fêtes.

En ces derniers jours de l'An 2017 qui a été bien mouvementé, voici quelques pensées que j'ai déjà publié sur facebook.

Notre noël de cette année a été particulier. Premièrement, grâce au gain de place dû à l'aménagement de ma chambre et la réorganisation du salon, l'arbre n'était plus coincé entre la porte et le poêle. Toutes les années précédantes, il a  bouché le chemin et n'offraait plus que peu de branches libres pour les boules.

Deuxièmenent : les bougies !
Il y a quelque temps, mon amie Gaby  me ramena un sac rempli d'anciens paquets de bougies qu'elle avait trouvé dans une brocante. Des paquets entiers, presque indemnes qui m'étaient plus que familiers, puisque ce sont ces bougies qui ont illuminés les noël de mon enfance.

Dans le sac de Gaby il y avait donc des paquets que je pus identifier comme étant des années 50, 60, 70 et un des années 80.


Chaque paquet portait même encore une étiquette de prix...Témoins de l'inflation au fil des décennies. Les bougies des années 50 ont coûté 0,80 centimes. L'emballage est en carton non laminé, avec une ouverture perforée sous forme de sapin sur le couvercle. Dedans on y trouve un petit carton avec les paroles d'une chanson de noël. Luxe et modestie n'en font qu'un.

En ouvrant la boîte je découvris, au milieu du lot de bougies inutilisées, une bougie déjà à moitié brûlée.
Quelle découverte émouvante : Quelqu'un avait donc pris le soin de ranger la demi bougie dans son carton, en vue d'une utilisation ultérieure. Esprit écolo, anti-gaspille, comme nous dirions aujourd'hui. A l'époque, ce fut tout simplement normal de prendre soin de ce qu'on a. Les 0,80 cts du paquet ne représentaient pas rien.

Le soir du 24 décembre, cette demi-bougie était à l'honneur. Seule sera sur la table, pour illuminer les plats. Après plus d'un demi siècle, sa flamme, messagère d'une autre temps et du paradis perdu de l'enfance, éclaira la soirée.




samedi 2 décembre 2017

Il est arrivé !

ça y est ! il est arrivé - l'album Riverboat Collection. Et c'est un très grand moment.
En effet, je fais de la bande-dessinée depuis plus de 30 ans maintenant, avec une assez longue et belle bibliographie à mon actif, mais ceci est seulement le deuxième album cartonné. Et le premier cartonné tout en couleurs.

Donc une sortie tout à fait remarquable et une borne dans ma carrière. 


Voir ses planches sous une forme aussi somptueuse est une expérience tout à fait excitante et séduisante. Je suis vraiment contente avec le rendu.
Donc pour mémoire, Cet album collecte et réédite les 3 premiers numéros de Riverboat et ceci en un format un peu plus grand.

La page de garde chamoisée est un support idéal pour créer de belles dédicaces.

Le prix de l'ouvrage est de 16 Euros. Plus frais d'envoi. C'est assez compétitif pour un album de 76 (!) pages tiré à seulement 100 Exemplaires. Donc voilà - n'hésitez pas, commandez le, car il fera un magnifique cadeau de noël.
C'est par ici : http://www.kennedyworld.net/album.htm

A part ça, le froid s'est installé à Harsault et réveille de mauvais souvenirs de l'hiver 16/17 qui a été une rude épreuve. La maison commence a être de plus en plus gelée. Le salon est chauffé comme toujours avec le poêle à bois et dan ma chambre, il y a un radiateur. Il donne bien chaud, par contre ça pompe sur l'EDF comme c'est pas croyable. Heureusement, en me^me temps les démarches pour obtenir une subvention ANAH plus un crédit Avial ont abouti et nous allons bientôt pouvoir commencer les travaux pour faire installer un chauffage plus moderne et performant. Ce n'est vraiment pas un luxe.  Ni ma mère, ni moi ne rajeunissons et ces descentes de froid sont de moins en moins gérables.



samedi 25 novembre 2017

Reprise

Bon, allez, un peu de nouvelles.
Oui, je travaille sur le livret sur le voyage jusqu'à Liézey. Mais l'avancée est difficile comme pour tous les autres projets, d'ailleurs. J'ai passé des jours de déprime et de crise assez profonde. Maintenant ça va mieux. Le ciel s'éclaircit définitivement.
Mon regard s'oriente vers le mois de décembre avec ses marchés de noël et ses senteurs et ses lumières.

Du nouveau aussi du côté de Riverboat. L'album est en cours d'acheminement. Donc tous ceux qui l'ont pré-commandé, l'auront bientôt entre leurs mains !

Pour mémoire : Ce bel album cartonnée comporte 76 pages tout en couleurs (!) Y sont édité les 3 premiers numéros des cahiers Riverboat. Donc juste ces  trois numéros qui sont épuisés. Bon, il me reste quelques exemplaires du Nr. 3 mais sans plus.

Tous ceux qui ont raté ces numéros vont donc enfin pouvoir lire le début de la grande aventure de John, Aldo et leur chat Mallie.
Cet album fait aussi un magnifique cadeau de noël!



Si vous ne l'avez pas encore pré commandé : c'est par ici :

L'ALBUM RIVERBOAT COLLECTION


samedi 14 octobre 2017

La Fin du voyage part 2

Le jour suivant nous menait au dessus du Col du singe jusqu'à La Forge, devant Le Tholy. Le temps était changeant avec parfois des petites pluies, mais en somme très agréable. Ni trop chaud, ni trop froid.


C'est sur le terrain d'une belle vielle ferme que Gamin et moi avions trouvé une place pour la nuitée. En montant la tente, j'ai du être très prudente pour ne pas abîmer les grands plants de potirons qui s'étalaient de partout. Comme dans mon jardin à moi, les citrouilles ont envahi nos terres, grâce un un été exceptionnellement fécond.
Le couple qui habite la ferme m'invita à souper avec eux. Nous passions une belle soirée conviviale avec un échange amical et approfondi.

Le jour d'après, nous poursuivions la route . Aujourd'hui il serait sans doute possible d'arriver jusqu'à Liézey. En effet, les chemins étaient beaux et dégagés, l'avancée se faisait comme sur des nuages.

Le Tholy

Malgré tout, je fatiguais vite. J'étais maintenant en route depuis un peu plus d'une semaine et déjà, l'épuisement se faisait nettement sentir. Il y avait une douloureuse évidence que je n'avais pas la même forme comme il y a deux ans, lors du grand périple italien.

Le paysage changeait. Le Tholy est un patelin soigné, touristique et bourré de résidences secondaires, de chalets et de villas. Ce n'est plus la Vôge, avec ses hameaux de maisons abrasées par le temps.



Au bout de quelques heures nous arrivions à Liézey. Ce village que j'étais curieuse de découvrir, puisque je m'étais porté candidate pour un séjour d'artistes. Seulement, je ne leur pouvais pas proposer de rester deux mois, mais juste quelques jours. Le thème de leur action ayant été "passé" je m'avais dit qu'une artiste-voyageuse "de passage" entrerait tout à fait dans l'esprit.
Eh ben non, candidature rejetée pour exactement cette raison.

En entrant dans Liézey, je crus tout de suite mieux comprendre pourquoi. Liézey n'est pas ce petit village bucolique que j'avais cru identifier sur google maps. Là aussi, des maisons bien faits, des villas, des points touristiques. Une auberge avec un rayon épicerie vendait des saucisses à 5 Euros la pièce et des canettes de soda à 3,00
Je commençais à avoir des doutes quand à la facilité avec laquelle j’allais trouver une place de camping.

Une dame en voiture s'arrêta. Elle se présentait comme étant Martine et me proposait d'aller camper sur son terrain qui se trouverait cependant à 3 kilomètres en dehors de Liézey. Gamin et moi nous nous mîmes en route, mais cela n'en finissait plus. Marche sans arrêt sur la départementale  - et surtout, marche dans la mauvaise direction. Je ne suis pas contre le fait de devoir faire des kilomètres supplémentaires, mais il faut que ce soit au moins grosso-modo sur la route.

Alors retour à Liézey. Martine revint et me proposa d'aller prospecter dans le village en quête de trouver un endroit où camper. Un bon nombre de tentatives fut vain et je commençais à me préparer intérieurement au fait qu'on devra peut être quitter Liézey pour aller voir ailleurs, quitte à dormir dans la forêt.
Mais finalement la chance nous souriait : Un monsieur nous accorda la permission de camper sur son pré.
Martine regarda les sabots de Gamin. Selon elle, ils étaient pas mal usés. Et c'était vrai. A vrai dire, j'étais quand même assez surprise. Car au départ, Les sabots avaient un gros surplus de corne. On était parti avec moins en Italie et tout de même, nous sommes arrivées jusqu'en Toscane, pieds nus..mais là...
Martine téléphona au maréchal ferrant qu'elle connaissait et celui-ci arriva aussitôt sur les Lieux.
Son verdict était aussi formel qu'accablant. "La corne est usée jusqu'à plat. Il va marcher sur les fourchettes et là, ce sera les bleus, les blessures et l'arrêt total. On ne peut plus ferrer non plus, il n'y a plus assez de substance.

Eh bien. Voilà que le voyage se terminait. Comme ça, d'un seul coup.
Il ne restait plus qu'à trouver un moyen de rapatriement. Je balançais émotionnellement entre la déception d'un côté et d'un certain soulagement de l'autre. Déçue, parce que j'aurai bien aimé continuer ce voyage magnifique, mais aussi soulagé, parce que, le froid était de plus en plus sévère la nuit et la haute montagne était encore devant nous. Ma santé n'était de loin pas aussi optimale que prévu.

Le lendemain matin, une dame d'un centre équestre arriva avec sa remorque. Le maréchal ferrant était lui aussi sur les lieux pour faire un petit parage sur les sabots de Gamin. Gratuitement. Encore une fois, la solidarité du monde équestre jouait.
Nous faisions monter Gamin dans le van et une petite heure plus tard, nous voici de retour à Harsault.

A suivre...